Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 10:41

 Fille-Yeux-bleus.jpg 

Un choix de morceaux parmi l'album "Rare Grooves". A écouter sans modération!..

 

Buddha Bar Best of Lounge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par Jean-Pascal - dans Récits de voyage
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 02:24

Fête Mhong

La population du Laos est essentiellement rurale et vit au rythme de la culture des rizières. De réputation pacifique, on dit  d’eux qu’ils regardent pousser le riz. Les Laotiens sont paisibles, ouverts et joyeux. Des minorités ethniques vivant dans des villages plus ou moins reculés partagent une vie proche de la nature, dans un esprit de tolérance et de respect.


Avec un revenu de 300 dollars par habitant, le Laos est le plus pauvre pays de l’Asie. Composée de 67 ethnies différentes, la population s’élève à 7 millions d’habitant avec une densité de 29 habitants par km2. Plus de 40 pour cent de la population laotienne a moins de 25 ans. Cette jeunesse est dynamique et pleine de rêve et d’espoir, nourrie par la télévision reçu par le satellite qui diffuse de nombreux programmes de divertissement thaïs et laotiens. 

Fillettes Mhong1

Ce jour là, nous avions loué des motos pour aller explorer la région de Vang Vien. A une trentaine de kilomètres de la ville, le long d’un canal d’irrigation alimenté par la rivière Song, nous avons rencontrés une tribu Mhong qui avaient organisé une kermesse et un tournoi de football opposant divers garçons des villages environnants. Nous sommes tombés sous le charme de l’ambiance bon enfant qui régnait autour du terrain de football. Sous des tentes de toile ou de bâches en plastique, quelques tables et des sièges accueillent des villageois. Des stands de grillade ou de nourriture typique, de la musique, il n’en faut pas plus pour les enfants et les femmes participent à la fête dans la bonne humeur, alors que les hommes et les garçons s'intéressaient plutôt au football. L'accueil par la population est simple et naturel. Des regards et des sourires mêlés de curiosité s'échangent, nous nous sentons acceptés pour ce que nous sommes, ni plus ni moins, dans leur monde.


Kermesse chez les Mhongs

 

Un jeune homme fait tourner une cible marquée de numéros, un lanceur lance trois fléchettes et les participants misent sur les numéros gagnants au moyen d'un plateau en carton sur lequel sont inscrits les numéros. Il y a toujours quelqu’un pour gagner quelques billets de kips, la monnaie locale. Les jeunes filles s’en donnent à cœur joie autour de cette « roulette laotienne ». Mes enfants Cyril et Jérémy se mêlent à la foule pour miser quelques billets, qui iront dans la poche de deux jeunes filles. On rigole, c'est la joie!

Portraits-5156.JPG

Evelyne mon épouse est dans son élément. Elle s'adresse aux femmes en langue lao et nous fait goûter des spécialités et des boissons colorés servies dans un sac en plastique. Née dans ce pays qu'elle a quitté à l'âge de 6 ans, elle retrouve les goûts, les parfums de son enfance. La joie est dans mon coeur. J'aime ce pays, ce peuple... 

 

Les Laotiens sont essentiellement bouddhistes (seule 2% de la population est animiste), et dans chaque village, il y a au moins une pagode habitée par des moines. Au Laos, la tradition dit qu'il faut être moine au moins une fois dans sa vie, et pour cela avoir au minimum douze ans, car, quand on est moine, on ne mange qu'une à deux fois par jour : le matin et le midi. La pagode est financée par les donations des fidèles.

Moines

Le bouddhisme joue un rôle social très important dans la vie du peuple. Ainsi, lorsqu'une personne sort de l'hôpital ou rencontre des problèmes personnels, elle a la possibilité de faire une petite retraite pour chasser les mauvais esprits et de devenir moine pour une durée de un à trois mois.

 

Lors du décès d'une personne importante dans notre vie (par exemple, nos parents), on peut traverser son deuil en devenant moine pour une durée de trois jours à une semaine. La sangha accueille également les personnes âgées, à la retraite, qui veulent terminer leur vie dans le calme, à la pagode. Les jeunes qui veulent entreprendre des études et qui n'en ont pas forcément les moyens peuvent prendre la robe de moine et se voir financer leurs études. Rien ne les oblige à rester moine au terme de leurs études.

 

Les orphelins, ou les enfants dont les parents sont trop pauvres pour subvenir à leurs besoins penvent entrer dans la sangha avant même l'âge de douze ans. Et bien sûr, de nombreux moines embrassent la vie monastique pour avancer sur leur chemin de l'Eveil, à l'abri des tentations de l'attachement et du désir.


Je me dis qu'un jour, je prendrai bien l'habit de moine quelques temps pour vivre une vie simple, sans attachement, sans désir, dans le calme et la sérénité de mon chemin vers l'éveil...

Découvrez plus de photos dans l'album "Portraits du Laos".


Repost 0
Publié par Jean-Pascal - dans Récits de voyage
commenter cet article
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 16:13

Nongkhai23A 5 km du centre de Nong Khai, à la frontière avec le Laos, nous avons flashé sur un jardin hallucinant, peuplé de statues de Bouddha et de déités hindouistes toutes plus remarquables les unes que les autres. Boun Leua Sourirat, un artiste laotien inspiré par un ermite du nom de Keoku, lequel l’initia au panthéon hindo-bouddhique, commença son œuvre sur le territoire du Laos dans les années 50 à 25 km de Vientiane à Xiang Khouan. Mais les communistes l’expulsèrent du Laos en 1970.

Nongkhai3Qu’importe pour ce gourou réellement inspiré ; il se remit à l’ouvrage à Nong Khai, où il travailla à son œuvre jusqu’à sa mort en 1996, à l’âge de 72 ans. Ses statues sont construites avec une ossature de fer, une âme de briques rouges, et un revêtement de béton, autant de matériaux faciles à travailler et peu onéreux. Pourtant, les proportions sont harmonieuses, les représentations extrêmement détaillées, les visages souriants et expressifs… Travaillées dans un style baroque, mais très respectueux de la tradition littéraires et des enseignements sacrés, les statues ont toutes une présence qui interpelle les promeneurs, et sont disposées pour la plupart sous forme de tableaux qui racontent un épisode de la vie du Bouddha ou de l’un des dieux hindous.

Nongkhai11Ainsi peut-on rencontrer le Bouddha assis sur les circonlocutions d’un naga à 7 têtes, le Bouddha Metreya dit Bouddha du Futur, le Bouddha couché, le Bouddha tricéphale, la Roue du Samsara, Ganesha, Hanuman, Arjuna, et toutes sortes de déités plus ou moins identifiables par le profane que je suis, accompagnées de toute un bestiaire fantasmagorique et d’humains dans toutes sortes de situations de la vie.

 

Dans le temple attenant le jardin, à côté d’un lac peuplé de grosses et sages carpes, un vieux sage qui lit dans les lignes de la main et qui a été le témoin de l’énergie incroyable de Boun Leua, explique que ce dernier n’a fait aucune étude et qu’il n’a reçu aucune éducation lui permettant raisonnablement de concevoir un tel ensemble. Selon lui, c’est une inspiration divine qui a guidé sa main, entraînant avec lui de nombreux disciples, les paysans du coin, qui l’aidèrent dans sa réalisation.

      Nongkhai19

L’énergie puissante qui se dégage de ce parc aux Bouddhas est bien tangible, et la nuit était déjà tombée quand nous quittions ce lieu à sa fermeture. Les photos que nous avons réalisées proches du crépuscule sont disponibles dans l’album de photos intitulé « Sala Keoku ».

Repost 0
Publié par Jean-Pascal - dans Récits de voyage
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 13:44

Kaosan RoadLa mégapole thaïlandaise se remet des inondations qui l’ont frappée et termine de ramasser les tonnes de détritus qui jonchent encore certains quartiers du nord de la capitale: une colonne de camions attend son tour pour absorber l’interminable talus de débris qui s’étale sur un bon kilomètre, le long de la voie ferrée.

 

La ville n’a pas changé: elle continue à se moderniser, à construire, toujours plus haut, toujours plus béton. Dans les rues, tout est axé sur la consommation. Partout, on peut manger à toute heure du jour et de la nuit, boire, acheter des habits et toutes sortes de gadgets ou de contrefaçons.

 Sauterelles insectes et vers

A Bangkok, il y a plein de nourriture dans les rues: des brochettes de poulet, des insectes, sauterelles, vers, et de la nourriture pimentée et des nouilles sautées.

A tous les coins de rue, on peut trouver des salons de massage. La Thaïlande est le pays du massage. On peut trouver aussi des spas ou il y a des poissons qui te mangent les pieds, ou plutôt qui te les nettoient. Ca fait beaucoup de chatouilles, mais après tu trouves ça rigolo et agréable. Jeremy, 10 ans

 

 

Jouxtant cette frénésie consumériste, la ville est parsemée de temples bouddhistes richement ornés, à l’architecture extravagante, voire totalement kitch pour nos yeux occidentaux. Dans ces enceintes sacrées, les moines et une poignée de fidèles se recueillent après avoir fait offrande de lumière, d’encens, de fleurs, et d’une feuille d’or appliquée sur une stèle sacrée.

 Priere des moines Wat Chana Songkram

A cinq heures, ce jour-là, une vingtaine de bonzes se rassemblent pour la prière dans la grande salle du Bouddha. Chacun s’installe à son rythme, après avoir opéré ses trois petites prosternations. Sous la direction du moine supérieur qui entonne la récitation du sutra, les moines psalmodient leur chant d’une voix mono tonale. Assis au fond de la salle avec quelques fideles qui récitent la pratique quotidienne, mon esprit se calme aussitôt et s’accorde à cette vibration paisible qui résonne au profond de mon âme. Jeremy vient s’asseoir à coté de moi, et je lui apprends à faire les 3 petites prosternations, avec son corps, sa parole et son esprit (mains jointes au niveau du front, de la gorge et du cœur, et contact du front sur le sol). Un moment de calme nous unit, le temps que s’émousse sa patience.

 

En sortant de l’enceinte sacrée, la vibration acérée et omniprésente de la ville me heurte de plein fouet. Il m’est difficile d’appréhender la transition entre ces deux mondes qui coexistent pourtant dans la vie des Thaïs. Je ne surprends à penser que seul le retour à l’hôtel me permettra de me soustraire au vertige nauséeux qui me prend. Mais l’équanimité consiste-t-elle pas à ne pas faire de différence entre ceci et cela, ni à rejeter l’un pour préférer l’autre ?

 Kitchen-Khao-San-Road

Je regarde mes enfants et ma femme dont les yeux papillotent devant le « miroir aux alouettes » offert aux touristes de Kaosan Road. Leur regard émerveillé d’enfant me donne encore une leçon à méditer.

 

Repost 0
Publié par Jean-Pascal - dans Récits de voyage
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 16:52

Laos_Monks.jpgPendant les vacances de Noël, le blog sera en stand-by, car je pars en voyage au Laos, un pays à forte culture bouddhiste. J'essayerai de partager des images, des impressions, en fonction de mes possibilités. Je vous souhaite dores et déjà d'excellentes Fêtes et forme mes meilleurs Voeux pour 2012.

 

voyager-laos

Repost 0
Publié par Jean-Pascal - dans Récits de voyage
commenter cet article

Présentation

  • : Harmonie du Corps et de l'Esprit
  • Harmonie du Corps et de l'Esprit
  • : Activités, pratiques et enseignements dédiés à l'harmonie du corps et de l'esprit. Méditation, relaxation, bien-être...
  • Contact

Auteur

  • Jean-Pascal
  • Psychologie et spiritualité orientale, Bouddhisme tibétain, Reiki, Hypnose, Chamanisme, Chi Gong, Rêves chamaniques, Relaxation et méditation m'ont amené et guidé sur le Chemin des travailleurs de la Lumière. Simple passeur, je  propose de partager mes découvertes en accord avec mes vœux spirituels.
  • Psychologie et spiritualité orientale, Bouddhisme tibétain, Reiki, Hypnose, Chamanisme, Chi Gong, Rêves chamaniques, Relaxation et méditation m'ont amené et guidé sur le Chemin des travailleurs de la Lumière. Simple passeur, je propose de partager mes découvertes en accord avec mes vœux spirituels.

Citation

"Il devient indispensable que l'humanité formule un nouveau mode de pensée si elle veut survivre et atteindre un plan plus élevé"

Albert Einstein

Recherche

Visiteurs

Pages vues