Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 13:50

Coucher Soleil

 

Pour que votre pratique spirituelle soit bien menée, il est préférable qu'elle soit soutenue par une compréhension la plus claire possible des grands principes métaphysiques et cosmologiques. Ceux-ci sous-tendent les innombrables modalités de l'existence qui se manifestent à vous sous la forme des réalités que vous vivez, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur de vous. Leur compréhension est importante car elle vous aide à poser un regard différent sur votre vie et à lui donner davantage de sens. L'idée que vous vous faites de Dieu en fait partie évidemment. Elle influence considérablement le rapport que vous entretenez avec la Vie et les autres formes de conscience qui la peuplent.

 

Votre rapport à Dieu, que vous y croyez ou non, existe bel et bien. Il s'est construit au travers de vos expériences et de ce que vous en avez entendu dire dans le contexte social et religieux au sein duquel vous avez évolué. Cependant, quelles que soient les représentations que vous vous faites de Dieu, elles ne sont en vérité que des croyances, qui ne peuvent que refléter de façon déformée la réalité suprême que ce Principe renferme, tout comme les reflets du Soleil sur une étendue d'eau ne peuvent en exprimer l'essence. En effet, les croyances appartiennent à un ordre de réalité strictement formel, alors que le Principe dont il est question ici est au-delà de toutes notion d'espace et de temps, et donc de forme. Il est « au-delà du physique », ce qui est la définition littérale du mot « métaphysique ». « Physique » doit être entendu ici dans le sens de l'intégralité des modalités de l'existence, autrement dit de tout ce qui appartient au monde manifesté, à la « nature ». Les croyances participent de la forme et ne peuvent par conséquent saisir ce qui en est « au-delà ». La Vérité au sujet de Dieu ne saurait donc être connue par l'intermédiaire d'une croyance.


Au-delà de la croyance, la Vérité est UNE puisqu'elle n'est pas divisée par les différents angles de vue qui cherchent à la détenir. La grande erreur des religions est de vouloir réduire le Principe divin à un ensemble de croyances et de dogmes. En réalité, en Le réduisant pareillement, elles ne font qu'en donner un pâle reflet. Pour assurer leur suprématie, elles cherchent à faire passer ce reflet pour la Vérité aux yeux de leurs fidèles, induisant dans leur esprit un mécanisme de peur et de rejet de tout ce qui pourrait lui sembler étranger ou différent. C'est ainsi que, au nom de la Vérité qui est Dieu, des peuples en sont venus à se déchirer et à se haïr, ce qui est le comble du non-sens lorsque l'on y pense, enfin pour autant que l'on parte du principe que Dieu est Amour.

 

Ainsi, la seule manière d'appréhender le Principe divin est de se placer dans un état de conscience absolument « pure », libérée de l'identification à la forme-pensée. Là est la seule manière d'obtenir la connaissance métaphysique de ce qu'est le Divin. Toute tentative d'appréhender mentalement ce Principe est vouée à l'échec, puisqu'étant par nature duelle, la pensée ne peut percevoir la Conscience qui en permet la perspective. Les mots sont des « panneaux indicateurs » nécessaires qui doivent être abandonnés tôt ou tard si le concept veut se transformer en Vérité. Comme le disent les adeptes du Zen, « il ne faut pas confondre le doigt pointé vers la Lune, avec la Lune elle-même ». Toutefois, puisqu'il faut bien traduire les choses en mots pour en parler et pour créer une ouverture dans la psyché tentons d'aller aussi loin que la raison nous le permet.

  Blue Energy Swirl

Nous pourrions considérer que l'Absolu, Dieu, la Conscience universelle ou quels que soient les noms qu'on Lui donne, est un état de parfait équilibre entre deux polarités complémentaires qui sont la Volonté et l'Amour, précédant toute manifestation. En réduisant Dieu à la notion de Conscience pure en tant que l'Amour matriciel qui est ce « vide-plein » portant en lui l'intégralité des potentiels avant leur détermination, il manque le second Principe : la Volonté divine. Celui-ci induit le « JE » et, par conséquent, l'individualité, la différenciation et la conscience de soi. Il est l'Ordonnateur suprême qui détermine le plan d'action. Il est la « semence[1] » qui est amenée à manifestation par le Principe d'Amour qui lui donne « Vie ».

 

Le Principe masculin de Volonté divine peut être assimilé au Purushade la tradition hindouiste. C'est le Masculin sacré, de nature électrique-masculine-active. Le Principe d'Amour peut quant à lui être assimilé à Prakriti. C'est le Féminin sacré, de nature magnétique-féminine-passive. Dieu, en tant que ce Principe en parfait équilibre, indéterminé et non-duel, est donc bipolaire[2] : c'est la Conscience Père-Mère.

 

Le Principe divin précède toute manifestation et ne peut donc être assimilé à de l' « énergie », qui est déjà une création, une vibration, et qui n'appartient déjà plus au « métaphysique ». L'énergie la plus pure qui soit est le fruit du processus de création originel, déployée à l'instant même où les polarités divines complémentaires « font l'Amour » ensemble. Cette expression n'est pas n'est pas dénué de fondement si l'on se réfère à l'énoncé de la Table d'Émeraude qui soutient que « ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». « Faire l'Amour » s'entend ici comme l'interaction des deux polarités complémentaires qui ont besoin de s'unir l'une à l'autre pour donner naissance à la « Vie ». Si l'on considère que la pure énergie est l'Amour du Divin, alors « faire l'Amour » prend vraiment tout son sens. Cet instant où les polarités divines se « marient » est ce que la physique quantique nomme le point zéro[3]. Ce point de départ est en effet la naissance de la « Vie », le jaillissement de la Lumière, connue de toutes les traditions en tant que la Force de Vie, le Prâna, le Souffle de Vie. En d'autres termes, cette création originelle est la naissance de la « nature » dont il a été question plus haut, qui, bien qu'appartenant à l'ordre de réalité physique, ne doit pas être limitée à la « matière » étant donné qu'elle regroupe l'intégralité des dimensions de la Création. Par « nature », il faut en effet comprendre la totalité des états différenciés née de la Source divine, auxquels ce Principe ne saurait appartenir puisqu'Il est « au-delà du physique ».

 

Montagne en hiverLa naissance de la « nature » est donc le produit de l'union entre le Masculin sacré et le Féminin sacré. Avant cette création, le Féminin sacré est maintenu à l'état de passivité absolue. Il est Amour matriciel non déterminé. Ce n'est que sous l'impulsion du Masculin sacré, soit le Principe de Volonté, que l'Amour matriciel se réalise et devient création. Absolument toutes les vibrations que nos sens perçoivent baignent dans cet Amour matriciel. Ce que nous percevons comme étant la matière n'est en réalité qu'un ensemble de particules, un « chatoiement de poussière » qui se meut dans ce « vide » matriciel. La séparation entre les formes identifiée par le mentale n'est donc qu'une impression illusoire, puisqu'au-delà des apparences, il n'y a que cette Conscience pure matricielle.

 

Bien avant d'être un corps physique et une personnalité, vous êtes donc cet Amour matriciel, au même titre que tout ce que vous percevez. Pour pouvoir goûter à la substance même de l'Amour, il est nécessaire de redevenir Conscience pure, c'est-à-dire percevoir, ressentir, contempler, observer les phénomènes qui surviennent, sans l'interférence du mental. En observant « ce qui est » au-delà du mental, vous êtes ce champ matriciel d'Amour. C'est d'ailleurs la seule manière de véritablement entrer en contact avec ce que l'on nomme « l'instant présent ». En effet, seule une conscience absolument « pure » peut connaître l'immanence des vibrations avant qu'elles ne soient réduites à leur forme, leur nom ou leur symbole par le mental. C'est la seule connaissance qui peut être qualifiée de « vraie » et donc de « métaphysique », car elle ne procède d'aucune réflexion ni jugement de valeur.

 

 [1] Il fait sens de considérer la Volonté-masculine comme une semence qui féconde l'Amour-féminin. L'Amour joue le rôle de réceptacle qui recueille la semence et qui lui fournit l'énergie nécessaire pour qu'elle prenne forme.

 

[2] Dans son sens premier, l'adjectif bipolaire se dit de ce qui possède deux pôles.

 

[3] Le point zéro ne doit donc pas être confondu avec le Principe divin Lui-même, car il n'est que le « passage à l'acte » de création par le mariage des deux polarités complémentaires. C'est l'instant zéro à partir duquel a lieu le « Big Bang » en tant que jaillissement de Lumière. En parallèle, le Principe divin demeure éternellement dans sa passivité, son indifférenciation et son immobilité métaphysiques.

 

 PS : Vous pouvez transférer librement le contenu de ce courriel à vos contacts, toutefois sans en modifier le contenu et en conservant ces quelques lignes. S'ils sont intéressés, invitez-les à s'inscrire à l'envoi automatique des Lettres de Bodhiyuga, comme vous l'avez fait vous-même depuis la page d'accueil du site internet www.bodhiyuga.net . Merci!

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jean-Pascal - dans Enseignements
commenter cet article

commentaires

danielleg 06/01/2013 10:16

Oui, c'est bien çà, quand tu dit "ce personnage de ce que nous ne sommes pas" c'est a dire l'égo, cette construction qui voile le Divin en nous, et donc il faut avoir été dans l'égo pour ensuite ne
plus y être, et Devenir ce que nous sommes vraiment!
C'est passionnant le Vie :)))

Jean-Pascal 06/01/2013 19:57







danielleg 03/01/2013 15:45

Oui, merveilleux ce texte!
J'ai une question :)
En ce moment je lit Neale donald Walsch, que je cite.

"Parce que dès que vous déclarez être quoi que ce soit, tout ce qui n'est pas cela viendra dans l'espace.
Pour quelle raison? demandez-vous.
Parce que c'est ainsi que l'Univers fonctionne.
Et voici pourquoi: Faute de ce que vous n'êtes pas, ce que vous êtes n'est pas.
Par conséquent, je vous promet que si vous voulez avoir une expérience directe de qui vous êtes et de ce que vous êtes, vous attirez vers vous, comme un aimant, tout ce que vous n'êtes pas. Car
sans ce que vous n'êtes pas, ce que vous êtes n'est pas!"
Il me semble que c'est lié à " nous sommes tous Un "
Qu'en pense tu?

Jean-Pascal 05/01/2013 18:04



L'auteur de conversation avec Dieu m'a beaucoup touché au moment de sa lecture. Je ne souvenais plus de ce passage, qui n'est pas facile à comprendre. Pour moi, l'incarnation humaine nous a
éloigné de la source de ce que nous sommes. Nous essayons d'être un personnage de ce que nous ne sommes pas. Ici, il me semble qu'il nous invite à nous relier à la Source. De ce point de vue,
nous sommes tous issus de la Source...



Françoise 30/12/2012 15:10

Bonjour Jean-Pascal,
merci de publier ce merveilleux texte ; j'espère que beaucoup le liront et se laisseront toucher par sa profondeur .
A bientôt ,mon ami,sois béni !
NAMASTE

Jean-Pascal 01/01/2013 08:44







Présentation

  • : Harmonie du Corps et de l'Esprit
  • Harmonie du Corps et de l'Esprit
  • : Activités, pratiques et enseignements dédiés à l'harmonie du corps et de l'esprit. Méditation, relaxation, bien-être...
  • Contact

Auteur

  • Jean-Pascal
  • Psychologie et spiritualité orientale, Bouddhisme tibétain, Reiki, Hypnose, Chamanisme, Chi Gong, Rêves chamaniques, Relaxation et méditation m'ont amené et guidé sur le Chemin des travailleurs de la Lumière. Simple passeur, je  propose de partager mes découvertes en accord avec mes vœux spirituels.
  • Psychologie et spiritualité orientale, Bouddhisme tibétain, Reiki, Hypnose, Chamanisme, Chi Gong, Rêves chamaniques, Relaxation et méditation m'ont amené et guidé sur le Chemin des travailleurs de la Lumière. Simple passeur, je propose de partager mes découvertes en accord avec mes vœux spirituels.

Citation

"Il devient indispensable que l'humanité formule un nouveau mode de pensée si elle veut survivre et atteindre un plan plus élevé"

Albert Einstein

Recherche

Visiteurs

Pages vues